La CASGBS a dépassé largement ses objectifs régionaux de construction de logements.

Logement – où se construisent les nouveaux logements en Île-de-France ?
Mise à jour : 19 décembre 2018

Le schéma régional de l’habitat et de l’hébergement (SRHH), arrêté le 19 décembre 2017 par le préfet de région, fixe les objectifs à atteindre en matière de production et d’amélioration du parc de logements pour chaque intercommunalité francilienne, dont la Métropole du Grand Paris. Ce bilan présente les résultats constatés de la production de logements de manière territorialisée pour l’année 2017 et en évolutions sur 2013-2017.
Plus de 95 000 logements autorisés en Île-de-France en 2017
Ces résultats sont présentés selon les 3 grands territoires de référence identifiés par le SRHH : la Métropole du Grand Paris (MGP), les autres intercommunalités appartenant à l’unité urbaine de Paris, et celles hors de cette unité urbaine.
Sur l’année 2017, un nombre record de 95 157 logements a été autorisé en Île-de-France soit 10 598 logements de plus que sur les 12 mois précédents.
La moitié de ces autorisations se situe dans le territoire de la Métropole du Grand Paris (MGP) en 2017 (52,6 %) comme en 2016 (52,7 %) et reste inférieure de 1,5 point à la part prévue par le SRHH (54,1 %). En revanche, la part du reste de l’unité urbaine de Paris est en légère baisse (de 38,0 % à 37,5 %) mais reste supérieure à la part prévue par le SRHH (37 %). La part des autres EPCI, quant à elle, progresse légèrement de + 0,5 points et frôle les 10 % soit 1 point de plus que celui prévu par le SRHH (8,9 %).
Compte tenu de ces bons résultats, les objectifs annuels sont dépassés en volume dans les trois couronnes du SRHH en 2017 et sont en forte progression par rapport à 2016 (+ 15 points en moyenne pour les trois couronnes).
On trouve donc dans ce rapport la confirmation que la CASGBS a largement dépassé ses objectifs régionaux de constructions de logements. Mais curieusement dans de document pas un mot sur le volet « logement social » ! On se demande vraiment pourquoi une telle absence alors même que la municipalité de Louveciennes s’engage dans une urbanisation massive au mépris de l’environnement d’un cadre historique et cela au prétexte de l’obligation de construire des logement sociaux. Nous tenons à remercier le CADEB par lequel nous avons pris connaissance de ce document hautement instructif.
François ARLABOSSE
Président de RACINE
driea_novembre2018_territorialisationproductionlogementidf_bilan2017-2

Publicités
Publié dans Documents | Laisser un commentaire

Vous pouvez dès maintenant faire un don à RACINE

J’AIME LOUVECIENNES, JE SOUTIENS L’ASSOCIATION RACINE

Les créateurs en 1989 de l’association Réaliser l’Accord Cité Nature Espace dite RACINE à Louveciennes ont choisi un nom bien prémonitoire des luttes que nous sommes conduits à mener en 2018 pour la sauvegarde de l’environnement et de la qualité de vie dans notre ville. Aujourd’hui nos actions se concentrent sur la défense du hameau du Cœur-Volant, et plus précisément sur les parcelles AL 33 & 35 qui furent cédées à un promoteur par un vote de la municipalité en 2016. Le dernier dépliant des chemins des impressionnistes, publié par l’office de tourisme de Saint-Germain Boucle de Seine, décrit dans le détail tout ce qui nous tient tant à cœur: les paysages du parcours « Pissaro » qui part de la route de Versailles peinte par Renoir en 1895, et qui continue par la Place du Chenil à Marly, sous des effets de neige, peinte par Sisley en 1876 et dont l’orignal se trouve au Musée des Beaux-Arts de Rouen. Si vous suivez ce parcours votre marche vous emmènera ensuite vers l’abreuvoir de Marly peint la même année et dont l’original se trouve au Virginia Museum of Fine Arts à Richmond. Chemin faisant vous aurez marché le long du chemin du Cœur-Volant, dont le charme est celui d’une voie étroite, un peu dangereuse pour un piéton, mais qui débouche sur le parc de Marly sous l’ombre des bois et des nombreux arbres centenaires qui bordent ce chemin. Un ravissement été comme hiver que j’ai le plaisir de prendre presque trois fois par semaine pour aller au marché de Marly-le-Roi. L’aqueduc de Louveciennes majestueux édifice qui acheminait l’eau de la Seine vers les réservoirs des châteaux de Versailles et de Marly, domine Louveciennes de ses 36 arches sur une longueur de 643 mètres. Il permettait d’acheminer l’eau qui était pompée dans la Seine par une machine qui fût nommée huitième merveille du monde. Merveille du monde ou pas, de tout cela on se moque, on veut bétonner sans respect aucun des aspects de visibilité de ce monument historique et de son environnement pour prétendument satisfaire la loi SRU. Or le déficit de logements sociaux de Louveciennes qui est de 350 logements est parfaitement maîtrisable, si l’on maintient la population de Louveciennes à son niveau de 7 200 habitants, comme cela fût proclamé dans les arguments du maire pour se faire élire. Pour discréditer RACINE on essaye de faire croire que nous sommes contre les logements sociaux, alors que nous voulons tout en respectant la loi, maintenir le caractère très particulier de notre ville riche d’histoire. Et tout ceci conformément aux statuts de notre association qui avait anticipé cette pression immobilière, dès sa création. Nous militons pour garder aux générations futures un patrimoine que l’on nous envie dans le monde entier. Il suffit de voir les foules qui vont découvrir au musée d’Orsay les toiles des impressionnistes, pour mesurer ce que ces paysages signifient de manière universelle. Sans compter qu’avec un peu de volonté et d’imagination ou pourrait exploiter de façon touristique le point de vue unique sur la capitale depuis le haut de la tour du Levant. Couloir écologique et réserve de biodiversité que ces parcelles constituent de facto vont-ils disparaître sous des bâtiments de 10,98 mètre de haut à la saveur architecturale d’une mièvrerie sans égal ? Nous avons peut-être une chance avec votre soutien de mettre en échec ce projet jamais concerté avec la population de Louveciennes. Notre pétition pour la constitution d’une Aire de Valorisation de l’Architecture et du Patrimoine (AVAP), réactivée sous l’impulsion de célébrités des média vient de franchir le seuil des mille signatures ! Si nous avions atteint ce chiffre au moment de l’enquête publique, l’avis du commissaire enquêteur aurait pu basculer en faveur des suggestions de RACINE plaidant pour un équilibre harmonieux dans l’évolution de Louveciennes.

• Racine se bat afin que la programmation de constructions de logements sociaux soit menée, en respectant la loi, mais de manière à ne pas détruire le caractère de Louveciennes.
• Racine se bat afin que l’accroissement de la densification des constructions immobilières soit mené de manière raisonnable et en particulier sans programmer des grands ensembles au Cœur Volant et au Verger des Rougemonts.
• Racine se bat afin que soit préservé, pour nous et pour nos enfants, le cadre de vie de Louveciennes.

Racine a besoin pour mener son combat de toutes les bonnes volontés des Louveciennois ! Soutenez nous par votre nombre, mais aussi par vos dons afin que Racine puisse continuer d’assumer les frais des différents recours en justice dont le recours contentieux sur le PLU. Vos dons sont défiscalisables à hauteur de 66 % compte tenu de notre agrément préfectoral d’association locale d’usagers.

François Arlabosse
Président de RACINE
https://www.donnerenligne.fr/realiser-l-accord-cite-nature-espace-r-a-c-i-n-e/faire-un-don

Publié dans Mot du Président | 2 commentaires

LE TRAITEMENT DES DÉCHETS RÉSIDUELS EN ÎLE-DE-FRANCE INCINÉRATION ET ENFOUISSEMENT ACTIVITÉ 2015 & 2016 – CAPACITÉS 2017

Une étude complète de l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme (IAU) de l’Ile de France
Panorama francilien du traitement des déchets résiduels

Les déchets résiduels proviennent principalement des ménages et des professionnels qui n’ont pas trié leurs déchets à la source. Ils sont aussi issus des installations de traitement sous forme de résidus. Depuis 2006, on observe en Île-de-France une tendance à la diminution progressive du traitement de ce type de déchets, phénomène qui traduit un développement de l’économie circulaire.
Chaque année, l’Observatoire régional des déchets d’Île-de-France (département de l’IAU) enquête spécifiquement sur les installations franciliennes qui accueillent les déchets résiduels non dangereux. Ces travaux permettent de mobiliser des données nécessaires au futur plan régional de prévention et de gestion des déchets en préparation par le conseil régional d’Île-de-France.
traitdechresid_complet

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Quelle stratégie pour une mobilité sans carbone ? mars 2018

Une étude intéressante de la Société des Ingénieurs et Scientifiques de France (IESF).
Cahier_30_Mobilite_sans_carbone

Publié dans Documents | Laisser un commentaire

Les assises de la mobilité de septembre 2017 !

Où la marche est mise à l’honneur !
Rapport_assises_mobilite

Publié dans Documents | Laisser un commentaire

Les nouvelles routes de la soie : Quel accès pour l’île-de-France ?

Une note rapide de l’institut d’aménagement et d’urbanisme de septembre 2018 : La chine a lancé depuis 2013 une offensive commerciale planétaire notamment en direction de l’Europe, son premier partenaire économique. Si 95% de l’acheminement de ses marchandises s’effectuent par voie maritime, sa stratégie « BELT AND ROAD INITIATIVE »(BRI) met en oeuvre une alternative terrestre, à travers une boucle logistique ferroviaire qui a pour finalité plusieurs terminaux européens. Excentrée de l’axe économique est-européen, l’île-de-France doit s’inscrire dans ces grands flux d’échanges intercontinentaux à l’ heure où la France relance son fret ferroviaire.
La lecture de cette note rapide montre que nous sommes concernés.
François Arlabosse
NR_784_web

Publié dans Documents | Laisser un commentaire

La transition énergétique : La lettre stratégie de l’ADEME de septembre 2018

Un dossier de l’ADEME utile pour comprendre les enjeux de la transition énergétique.
ademe_lalettre_strategie_56
François ARLABOSSE
Président de RACINE

Publié dans Documents | Laisser un commentaire