Conférence de Monsieur Bruno Bentz, archéologue le 10 avril 2019 à 20h00 à la maison de l’Etang, Louveciennes

Vous êtes cordialement invité à cette conférence qui se tiendra juste après l’AG de notre association (19h00 au même endroit). La conférence intitulée : « L’aqueduc de la Machine, ouvrage d’eau, ouvrage d’art » sera suivie d’un pot de l’amitié. L’entrée est libre dans la limite des places disponibles.

François ARLABOSSE

Président de RACINE

Publicités
Publié dans Assemblée Générale | Laisser un commentaire

Un autre grand absent aux voeux 2019 du maire de Louveciennes.

Cet autre grand absent du samedi 20 janvier 2019, jour des voeux du maire, se niche en bas à droite du panneau d’affichage administratif de la mairie ! Il s’agit du retrait du permis de construire concernant la « SCCV Les Jardins de l’Aqueduc » pour 23 logements répartis en trois bâtiments en accession à la propriété. Cet arrêté a été signé le 17 janvier 2019 et affiché le 23 janvier 2019 de manière incomplète.

Retrait_PC_SCCV_LesJardins_110219
Publié dans Documents | Laisser un commentaire

Une grande absente aux voeux du maire de Louveciennes pour 2019 : la pétition de RACINE pour une AVAP


Notre pétition pour l’obtention d’une Aire de Valorisation de l’Architecture et du Patrimoine (AVAP) pour les quartiers du Cœur Volant et des Rougemonts qui vient de dépasser le cap des 1300 signatures aura été la grande absente des vœux du maire. Les annonces du maire de Louveciennes cette année pour le volet urbanisme furent : la mise en place en 2019 d’un éco-pâturage  et d’un sentier botanique au parc des granges de « du Barry », un projet de deuxième maison médicale au Clos à la place de l’ancienne halte-garderie. Le maire a aussi dit que la commune était soumise à des projets « délirants » de la part des promoteurs et que la loi SRU obligeant la commune à disposer de 25% de logements sociaux   était inadaptée à Louveciennes, ce que RACINE a soutenu régulièrement par le passé dans plusieurs écrits, en plaidant pour une approche de PLU intercommunaux du pays des impressionnistes en grand danger d’urbanisation massive. Ce faisant, rien ne l’obligeait à ignorer les assouplissements déjà voté en 2017 qui exonèrent de fait Louveciennes de se lancer dans cette course insensée à la densité en oubliant délibérément les transports : fréquence des trains, longueur de l’attente aux feux de circulation permettant de sortir de Louveciennes, rien n’a été sérieusement prévu.

En revanche peu de choses furent  dites concernant les conséquences funestes à prévoir du   PLU communal voté par le conseil municipal le 6 décembre 2017. Ce vote a entériné le fait que la population de Louveciennes devrait augmenter de 2160 habitants d’ici à 2030.

D’ores et déjà les travaux d’une nouvelle résidence à Voisins qui vont rajouter 30 logements et 31 place de parking ont été passés sous silence. La population verra les conséquences de ces nouveaux chantiers dans les délais d’attente au feu, rue de la Princesse. En dépit des propos rassurants la folie des projets de construction continue. A presque un an des élections municipales le maire soudain comprend les inquiétudes de la population mais sans ralentir pour autant l’attribution de construire tous azimuts.

Le PLU revoit à la baisse de 10 logements ses objectifs (1070 logements au lieu de 1080) et permet par le biais de permis modificatifs une très forte augmentation de la densité des projets existants. Autrement dit il y a loin de la parole aux actes !

L’aqueduc toujours menacé.

En ce qui concerne l’Orientation d’Aménagements et de Programmations (OAP) du Cœur Volant, deux permis de construire ont déjà été accordés pour la construction d’une barre d’immeubles d’une hauteur d’environ 13 mètres, comportant 136  logements répartis sur cinq immeubles. Ces immeubles vont complètement bouleverser la nature et l’environnement de ce quartier au pied de l’aqueduc de Louveciennes, monument historique classé. RACINE préconise toujours une urbanisation douce avec de petits immeubles sociaux s’intégrant dans le tissu actuel de Louveciennes. L’annonce, déjà faite l’an dernier et reprise cette année, d’une maison intergénérationnelle sur le « terrain Gaudet » prouve, s’il en était besoin,  que cette politique d’insertion de logements sociaux dans le tissu urbain est faisable. Rappelons que le respect des obligations des logements sociaux (Loi ALUR et SRU) se fait dans le cadre de plans triennaux et que pour la période 2017/2019 cela signifiait 72 logements, chiffre parfaitement compatible avec de petites opérations respectueuses du cadre de vie unique de Louveciennes. Nous demandons une fois encore avec insistance qu’une AVAP soit élaborée pour l’aqueduc, les Rougemonts  et le Chemin de la Machine en concertation avec les communes avoisinantes dans une perspective tant de préservation que de valorisation de lieux remarquables. Cela pourrait contribuer au développement du tourisme pour le pays des impressionnistes et au maintien des petits commerces du centre ville qui sont en situation dangereuse de dépérissement.

L’Aire de Valorisation de l’Architecture et du Patrimoine (AVAP) est une servitude d’utilité publique créée par la loi du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l’environnement, dite Grenelle II.

L’AVAP conserve les principes fondamentaux de la Zone de Protection du Patrimoine Architectural et Urbain et Paysager (ZPPAUP). Elle a eu pour vocation à s’y substituer à l’horizon 2015  en intégrant notamment, à l’approche patrimoniale et urbaine de celle-ci, les objectifs du développement durable. Elle propose ainsi une meilleure prise en compte des enjeux environnementaux, notamment ceux relatifs à l’énergie, et une meilleure concertation avec la population. Afin d’articuler plus fortement la mise en valeur du patrimoine avec l’ensemble des composantes de l’aménagement, elle crée les conditions d’une plus forte coordination avec le Plan Local d’Urbanisme (PLU).

Une AVAP peut être créée, sur un ou des territoires présentant un intérêt culturel, architectural, urbain, paysager, historique ou archéologique, à l’initiative de la ou des communes concernées ou de l’établissement public de coopération intercommunale lorsqu’il est compétent en matière d’élaboration de PLU. Ces procédures s’effectuent dans un cadre décentralisé, en partenariat avec les services de l’Etat. La ou les communes, ou l’établissement public de coopération intercommunale concernés sont maîtres d’ouvrage. Ils ont l’initiative de la procédure, la conduisent, adoptent le document, après accord de l’Etat, et décident de l’opportunité de le faire évoluer. Son élaboration et sa gestion relèvent d’une démarche consensuelle entre l’État et la collectivité compétente qui voit son implication et ses responsabilités renforcées. Elle crée notamment un nouvel équilibre entre les prérogatives de l’autorité compétente et celles de l’Architecte des Bâtiments de France (ABF). Les dispositions de la loi CAP encouragent de fait la création de PVAP (des AVAP au niveau de la communauté de communes).

Obstruction de la Mairie, refus de communication de documents administratifs.

Tous les recours gracieux que RACINE, associée avec Yvelines Environnement, Patrimoine et Environnement, la Société pour la Protection des Paysages et de l’Esthétique de la France (SPPEF), contre le déclassement des parcelles AL 33 & 35, leur déboisement, la délivrance de permis de construire sur ces parcelles à ESH DOMNIS et à la « SCCV Les jardins de l’Aqueduc » et contre le PLU ont été rejetés ce qui nous a conduit à lancer des recours contentieux coûteux.

Nous nous heurtons à la volonté négative du maire qui n’a pas daigné  répondre à la sollicitation de la Commission d’Accès aux Documents Administratifs (CADA) pour que notre avocat  puisse prendre connaissance de l’intégralité du dossier au  vu duquel le maire a accordé à la « SCCV Les Jardins de l’Aqueduc » un permis de construire de 23 logements sur un terrain sis chemin de l’Aqueduc. La CADA a considéré que tous ces documents étaient communicables. Cela fait suite aux difficultés que votre président  a rencontré préalablement pour prendre connaissance de ce dossier, ou pas moins de trois rendez-vous ont été nécessaires, rien que pour pouvoir simplement les consulter en mairie. Cette absence de clarté est à l’image de la difficulté pour un participant aux vœux du maire de se faire une image correcte de ce qui se passe dans le programme d’urbanisation massive lancé par nos élus. Que va devenir le pays des impressionnistes sans l’action de RACINE ?

Les touristes qui vont à Rome ou en Egypte sont régulièrement choqués par les constructions intempestives qui parfois prennent appui sur des bâtiments plusieurs fois centenaires et parfois millénaires, mais jusqu’à présent, ceci n’arrivait pas en France. Cet état de fait regrettable est en train d’arriver près de chez nous, dans les Yvelines, à Louveciennes dans un département qui s’enorgueillit légitimement de son patrimoine. A ce rythme, que restera-t-il de « Louveciennes, mon village », célébré par Monique et Jacques Laÿ ?

Avec tous mes meilleurs vœux pour 2019

François Arlabosse

Président de RACINE

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

La lettre du CADEB n° 79 (janvier 2019)


Le Cadeb nous présente ses meilleurs vœux pour l’année 2019 et nous invite à lire sa lettre d’information (N°79 – Janvier 2019).

lettre 79_cadeb_janv 2019

Editorial : Protection de la forêt de St Germain : des avancées et des reculs
Activité du Cadeb et agenda associatif
Le CAUE 78 : un service public tres utile
Achères : un nouveau port en projet
Le Mesnil : une saison de maraichage délicate
Chatou : la promenade des Landes sera-t-elle prolongée?
Bezons : le déclassement de l’Ile Fleurie pose question
Record pour le RER A
Maisons–Laffitte : fin de l’hippodrome?
Cormeilles : 1200 logements en projet
Actualités de FNE
L’agglo structure son réseau cyclable
Au Nord de la Boucle les bus circuleront mieux
La Défense à vélo
La forêt est plus propre
Poissy aura le T13
Maisons-Laffitte : une grainothèque en projet
Les associations d’environnement

Publié dans Documents | Laisser un commentaire

La lettre n° 78 du CADEB (novembre 2018)

Chers amis de RACINE,
C’est avec  retard  que nous la mettons en ligne sur le site de RACINE cette lettre n° 78 du CADEB lettre-78_cadeb_nov-2018 où nous avons rédigé le chapitre de la mobilité dans notre territoire.  Nous vous en souhaitons bonne lecture tout en nous réjouissant que depuis sa publication nous ayons appris la bonne nouvelle de l’augmentation des fréquences en fin de semaine de la desserte de la ligne n° 1 Versailles/Saint-Germain en Laye. Vous pouvez le constater en téléchargeant sur vos téléphones mobiles l’application « Transdev » qui donne les horaires en temps réel de cette ligne. Il faut simplement regretter que cette information ne soit pas toujours au rendez-vous sur les panneaux d’affichages des arrêts de bus. Mais saluons un progrès tant souhaité que tangible.

François Arlabosse

· Editorial : Quel projet pour le quartier la Borde après la fin de la ZAC ?
· Activité du Cadeb / Agenda associatif
· Hommage à Jean-Yves Rebeyrotte
· Forêt de Saint-Germain : bientôt un statut de protection
· Bougival : la villa Viardot et la mission patrimoine
· L’Etang-la-Ville : pas de fusion
· Saint-Germain-en-Laye : le PLU protège les espaces boisés
· Sartrouville : 20 ans de vendanges pour le Comité
· Montesson : une saison de maraichage
· Halte au frelon asiatique
· Carrières-sur-Seine : les projets du SITRU
· La mobilité dans le territoire
· RER A : des améliorations à confirmer
· Aller à la Défense à vélo
· Environnement en bref
· Les associations d’environnement

Publié dans Documents | Laisser un commentaire

La CASGBS a dépassé largement ses objectifs régionaux de construction de logements.

Logement – où se construisent les nouveaux logements en Île-de-France ?
Mise à jour : 19 décembre 2018

Le schéma régional de l’habitat et de l’hébergement (SRHH), arrêté le 19 décembre 2017 par le préfet de région, fixe les objectifs à atteindre en matière de production et d’amélioration du parc de logements pour chaque intercommunalité francilienne, dont la Métropole du Grand Paris. Ce bilan présente les résultats constatés de la production de logements de manière territorialisée pour l’année 2017 et en évolutions sur 2013-2017.
Plus de 95 000 logements autorisés en Île-de-France en 2017
Ces résultats sont présentés selon les 3 grands territoires de référence identifiés par le SRHH : la Métropole du Grand Paris (MGP), les autres intercommunalités appartenant à l’unité urbaine de Paris, et celles hors de cette unité urbaine.
Sur l’année 2017, un nombre record de 95 157 logements a été autorisé en Île-de-France soit 10 598 logements de plus que sur les 12 mois précédents.
La moitié de ces autorisations se situe dans le territoire de la Métropole du Grand Paris (MGP) en 2017 (52,6 %) comme en 2016 (52,7 %) et reste inférieure de 1,5 point à la part prévue par le SRHH (54,1 %). En revanche, la part du reste de l’unité urbaine de Paris est en légère baisse (de 38,0 % à 37,5 %) mais reste supérieure à la part prévue par le SRHH (37 %). La part des autres EPCI, quant à elle, progresse légèrement de + 0,5 points et frôle les 10 % soit 1 point de plus que celui prévu par le SRHH (8,9 %).
Compte tenu de ces bons résultats, les objectifs annuels sont dépassés en volume dans les trois couronnes du SRHH en 2017 et sont en forte progression par rapport à 2016 (+ 15 points en moyenne pour les trois couronnes).
On trouve donc dans ce rapport la confirmation que la CASGBS a largement dépassé ses objectifs régionaux de constructions de logements. Mais curieusement dans de document pas un mot sur le volet « logement social » ! On se demande vraiment pourquoi une telle absence alors même que la municipalité de Louveciennes s’engage dans une urbanisation massive au mépris de l’environnement d’un cadre historique et cela au prétexte de l’obligation de construire des logement sociaux. Nous tenons à remercier le CADEB par lequel nous avons pris connaissance de ce document hautement instructif.
François ARLABOSSE
Président de RACINE
driea_novembre2018_territorialisationproductionlogementidf_bilan2017-2

Publié dans Documents | Laisser un commentaire

Vous pouvez dès maintenant faire un don à RACINE

J’AIME LOUVECIENNES, JE SOUTIENS L’ASSOCIATION RACINE

Les créateurs en 1989 de l’association Réaliser l’Accord Cité Nature Espace dite RACINE à Louveciennes ont choisi un nom bien prémonitoire des luttes que nous sommes conduits à mener en 2018 pour la sauvegarde de l’environnement et de la qualité de vie dans notre ville. Aujourd’hui nos actions se concentrent sur la défense du hameau du Cœur-Volant, et plus précisément sur les parcelles AL 33 & 35 qui furent cédées à un promoteur par un vote de la municipalité en 2016. Le dernier dépliant des chemins des impressionnistes, publié par l’office de tourisme de Saint-Germain Boucle de Seine, décrit dans le détail tout ce qui nous tient tant à cœur: les paysages du parcours « Pissaro » qui part de la route de Versailles peinte par Renoir en 1895, et qui continue par la Place du Chenil à Marly, sous des effets de neige, peinte par Sisley en 1876 et dont l’orignal se trouve au Musée des Beaux-Arts de Rouen. Si vous suivez ce parcours votre marche vous emmènera ensuite vers l’abreuvoir de Marly peint la même année et dont l’original se trouve au Virginia Museum of Fine Arts à Richmond. Chemin faisant vous aurez marché le long du chemin du Cœur-Volant, dont le charme est celui d’une voie étroite, un peu dangereuse pour un piéton, mais qui débouche sur le parc de Marly sous l’ombre des bois et des nombreux arbres centenaires qui bordent ce chemin. Un ravissement été comme hiver que j’ai le plaisir de prendre presque trois fois par semaine pour aller au marché de Marly-le-Roi. L’aqueduc de Louveciennes majestueux édifice qui acheminait l’eau de la Seine vers les réservoirs des châteaux de Versailles et de Marly, domine Louveciennes de ses 36 arches sur une longueur de 643 mètres. Il permettait d’acheminer l’eau qui était pompée dans la Seine par une machine qui fût nommée huitième merveille du monde. Merveille du monde ou pas, de tout cela on se moque, on veut bétonner sans respect aucun des aspects de visibilité de ce monument historique et de son environnement pour prétendument satisfaire la loi SRU. Or le déficit de logements sociaux de Louveciennes qui est de 350 logements est parfaitement maîtrisable, si l’on maintient la population de Louveciennes à son niveau de 7 200 habitants, comme cela fût proclamé dans les arguments du maire pour se faire élire. Pour discréditer RACINE on essaye de faire croire que nous sommes contre les logements sociaux, alors que nous voulons tout en respectant la loi, maintenir le caractère très particulier de notre ville riche d’histoire. Et tout ceci conformément aux statuts de notre association qui avait anticipé cette pression immobilière, dès sa création. Nous militons pour garder aux générations futures un patrimoine que l’on nous envie dans le monde entier. Il suffit de voir les foules qui vont découvrir au musée d’Orsay les toiles des impressionnistes, pour mesurer ce que ces paysages signifient de manière universelle. Sans compter qu’avec un peu de volonté et d’imagination ou pourrait exploiter de façon touristique le point de vue unique sur la capitale depuis le haut de la tour du Levant. Couloir écologique et réserve de biodiversité que ces parcelles constituent de facto vont-ils disparaître sous des bâtiments de 10,98 mètre de haut à la saveur architecturale d’une mièvrerie sans égal ? Nous avons peut-être une chance avec votre soutien de mettre en échec ce projet jamais concerté avec la population de Louveciennes. Notre pétition pour la constitution d’une Aire de Valorisation de l’Architecture et du Patrimoine (AVAP), réactivée sous l’impulsion de célébrités des média vient de franchir le seuil des mille signatures ! Si nous avions atteint ce chiffre au moment de l’enquête publique, l’avis du commissaire enquêteur aurait pu basculer en faveur des suggestions de RACINE plaidant pour un équilibre harmonieux dans l’évolution de Louveciennes.

• Racine se bat afin que la programmation de constructions de logements sociaux soit menée, en respectant la loi, mais de manière à ne pas détruire le caractère de Louveciennes.
• Racine se bat afin que l’accroissement de la densification des constructions immobilières soit mené de manière raisonnable et en particulier sans programmer des grands ensembles au Cœur Volant et au Verger des Rougemonts.
• Racine se bat afin que soit préservé, pour nous et pour nos enfants, le cadre de vie de Louveciennes.

Racine a besoin pour mener son combat de toutes les bonnes volontés des Louveciennois ! Soutenez nous par votre nombre, mais aussi par vos dons afin que Racine puisse continuer d’assumer les frais des différents recours en justice dont le recours contentieux sur le PLU. Vos dons sont défiscalisables à hauteur de 66 % compte tenu de notre agrément préfectoral d’association locale d’usagers.

François Arlabosse
Président de RACINE
https://www.donnerenligne.fr/realiser-l-accord-cite-nature-espace-r-a-c-i-n-e/faire-un-don

Publié dans Mot du Président | 2 commentaires